Présentation

Facade de l'École des Chartes

L'École nationale des chartes est un grand établissement d'enseignement supérieur. Elle recrute et forme des chercheurs expérimentés, notamment des futurs conservateurs du patrimoine et des bibliothèques, en leur dispensant un enseignement historiographique de haut niveau tourné vers l'analyse des documents de toutes sortes (matériaux archéologiques, livres, écrits, œuvres d'art, supports audiovisuels et électroniques, etc.), l’étude de l'évolution du médio, du néo-latin et des langues romanes, ainsi que l'histoire du droit et des institutions. Après avoir soutenu une thèse sur une recherche inédite et approfondie et au terme d’une scolarité de 3 ans et 9 mois, les élèves obtiennent le diplôme d'archiviste paléographe.

L’École propose aussi trois cycles de master « Technologies numériques appliquées à l'histoire », « Études médiévales », « Concepteur audiovisuel ». Elle délivre le doctorat avec l’école doctorale d’histoire de Paris I Sorbonne, d’une part, et l'école doctorale d'histoire moderne et contemporaine de Paris IV Sorbonne, d’autre part.

Elle offre des programmes de formation professionnelle touchant les différents domaines de la conservation (papier, estampes, héraldique, manuscrits, ressources électroniques, etc.). Le public est formé des professionnels de la conservation, mais aussi du grand public en recherche de spécialisation.

L'École nationale des chartes dispose d'une bibliothèque exceptionnelle, particulièrement développée dans les disciplines correspondant à sa vocation fondamentale : l'histoire et ses sources, la paléographie, la philologie latine et romane, l'histoire du livre, la bibliographie et la codicologie, l'histoire du droit, l'histoire de l'art et l'archéologie.

Acteur efficace et fécond de la recherche en France, l’École organise au sein de ses locaux des conférences et des colloques nationaux et internationaux.

L’École est membre fondateur du Pres héSam (hautes études-Sorbonne-arts et métiers), du campus Condorcet Paris-Aubervilliers, et membre associé du Pres Sorbonne-université.

L’enseignement est assuré par des professeurs de l’École, des maîtres de conférences, des chargés de cours, des professeurs étrangers invités, ainsi que par des conservateurs du patrimoine et des bibliothèques.

Sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche, elle est administrée par un directeur, assisté d’un conseil d’administration et d’un conseil scientifique, et régie par le décret n° 87-832 du 8 octobre 1987, modifié par le décret n° 2005-1751 du 30 décembre 2005. Deux organismes lui sont rattachés, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) et l’Unité régionale de formation à l'information scientifique et technique (URFIST Paris).

Une institution au service de l’histoire et du patrimoine depuis 1821

La fondation de l’École des chartes correspond à la redécouverte de la civilisation médiévale par la première vague romantique. Envisagée par Napoléon Ier, elle est créée sous le règne de Louis XVIII par l’ordonnance du 22 février 1821. Le but de la nouvelle institution était de former des jeunes gens capables d’organiser les dépôts de documents issus des confiscations révolutionnaires et de renouveler l’histoire nationale, leur formation étant sanctionnée par le titre d’archiviste paléographe, créé en 1829.

L’ordonnance du 31 décembre 1846 réorganisa profondément la scolarité : elle étoffa les enseignements, fixa la durée des études à trois années et institua une thèse qui, soutenue à la fin de la scolarité, devait permettre aux élèves de faire la preuve de leur aptitude à conduire des travaux de recherche.

Furent alors posées les bases scientifiques qui firent de l’École une institution à la pointe de la recherche historique, dont elle renouvela en profondeur les méthodes. Tout au long du XIXe siècle, la France s’équipa d’un réseau d’archives et de bibliothèques qui servirent souvent de modèles à l’étranger. Au cours du XXe siècle, l’École n’a cessé d’accompagner la progression des méthodes historiques et la modernisation des métiers de la conservation, en créant par exemple de nouveaux enseignements qui ont mieux pris en compte le traitement de l’image (histoire de l’art, des médias), l’archéologie et l’histoire contemporaine, en les doublant de stages sur le terrain.

L’École se fixe actuellement pour priorités de faciliter l’accès aux sources écrites, visuelles, bibliographiques et électroniques, de former les futurs cadres de la conservation patrimoniale, d’élargir son auditoire aux étudiants en master et en doctorat ainsi qu’au public de la formation continue. Elle renforce son rayonnement en Europe et plus généralement, au niveau international.

Pour en savoir plus sur les locaux de l'École, nous vous proposons quelques images: 

Entrée de l'École place de la Sorbonne

Entrée de l'École place de la Sorbonne

 

Bureau du directeur

Bureau du directeur - Photo d'AgenceLEA

 

Escalier de l'École

Escalier de l'École - Photo d'AgenceLEA

 

Bibliothèque — salle d'histoire

Bibliothèque  salle d'histoire - Photo d'AgenceLEA

image

Grande salle de l'École